top of page
  • Photo du rédacteurPaul Vernet

Monoprix x Prisunic : l’histoire d’un pop-up mythique


Monoprix & Prisunic - Romain Ricard
Monoprix & Prisunic - Romain Ricard

Le magasin Monoprix va présenter un pop-up éphémère des pièces les plus cultes du catalogue Prisunic (et d’autres objets inédits) du 8 au 17 décembre 2023, en plein cœur du Marais et sur leur site internet.


Le début de l’histoire remonte à 1931. Cette année-là, Prisunic est lancée par le Printemps. L’enseigne propose majoritairement des produits d’usage courant non alimentaires, en plus de quelques produits frais. Rapidement, le magasin connaît un grand succès populaire, ce qui lui vaudra l’appellation “Prisu”.


Petit à petit, le commerce étend son offre et popularise le prêt-à-porter dans les années 1960 grâce à l’arrivée de la styliste Andrée Putman en tant que directrice artistique de la marque en 1958. C'est 10 ans plus tard, en 1968, que les premiers catalogues de mobilier, vaisselles et luminaires vont voir le jour, grâce aux travaux de certains designers célèbres tels que Terence Conran, Olivier Mourgue, Gae Aulenti, Odile Mir, Jean-Pierre Garrault ou encore Danielle Quarante.



Malheureusement, malgré un accueil prometteur des consommateurs, l’entreprise décide d’arrêter la production de mobiliers en 1976, faute de stock. Au fil des années, le nombre de magasin Prisunic ne cesse de diminuer, jusqu'à se faire racheter par l’enseigne Monoprix en 1997 et définitivement mettre la clé sous la porte en 2003.


Monoprix a consacré une retrospective en 2022 au Musée des Arts Décoratifs intitulée « Le Design pour tous : de Prisunic à Monoprix, une aventure française » dans laquelle elle retrace l’histoire des 2 enseignes à travers plus de 500 créations.



L’entreprise surnommée Monop’ a annoncé, il a a quelques mois, organiser un pop-up éphémère du 8 au 17 décembre 2023 au 116 rue de Turenne, dans le 4ème arrondissement de Paris. La boutique proposera à la vente les designs novateurs pour l’époque que proposait Prisunic, tout en gardant la volonté de ce dernier: « mettre à la disposition du grand public des meubles véritablement contemporains à des prix accessibles », Francis Bruguière (chef du service catalogue Prisunic de 1968 à 1973).


On pourra donc y retrouver des productions de designers réputés travaillant dans l’entreprise quelques dizaines d’années aupravant, cités plus tôt dans l’article.


Collection Prisunic x Monoprix
Collection Prisunic x Monoprix

1 : Lampe, Jean-Pierre Garrault / 2 : Chaise Prisunic / 3 : Chaise, Gae Aulenti / 4 : Lampe de sol, Garrault - Delord / 5 : Chaise studio Prisunic / 6 : Tapis, Jacques Tissinier / 7 : Tabouret, JP Garrault / 8 : Lampe, Odile Mir

27 vues0 commentaire

Comments


bottom of page